Le programme de bénévolat corporatif de la Société de Saint-Vincent de Paul a vécu une année 2018 exceptionnelle. Près de 800 professionnels sont venus prêter main-forte à la mission de l’organisme et ont offert plus de 3000h de tri de vêtements.
50 groupes issus du milieu des affaires de Montréal nous ont permis de mener à bien notre mission, l’année dernière. Le bénévolat appuyé par l’employeur est une précieuse ressource pour notre organisation. En 2017, la Société lançait son programme de bénévolat corporatif, permettant aux entreprises pour une journée ou une demi-journée de s’investir dans un organisme qui donne du sens à la vie de plusieurs milliers de personnes chaque année.
Les groupes d'employés sont venus par centaines lors du lancement de ce projet ! En 2018, nous avons régulièrement accueilli des groupes qui sont venus nous prêter main-forte. Le projet «Bénévolat corporatif», développé il y a seulement deux ans, a pris un essor considérable.
Les groupes apportent un support inestimable à l’équipe du magasin, particulièrement au niveau du tri des vêtements, de bijoux, l’aide au niveau du magasin que nous recevons en don de la population et qui sont ensuite revendus à petits prix pour financer nos activités.  60 % de notre financement provient de la vente des articles de seconde main dans nos 23 magasins.   

Plus de 3000h

Pour répondre à cette demande accrue, la SSVP a aménagé une nouvelle salle de tri de plus grande capacité (2300 pieds carrés) qui permet d’accueillir des groupes de 50 personnes et plus. C’est l’une des rares salles de cette grandeur sur Montréal ! Ce qui permet de recevoir des groupes de plus en plus nombreux.
C’est l'action citoyenne des bénévoles et leur volonté de créer des liens qui a lancé la Société de Saint-Vincent de Paul, il y a 170 ans. Hier, aujourd’hui, demain, le besoin est le même : vous, pour combler l’essentiel.
« Afin de mener à bien sa mission, le bénévolat appuyé par l’employeur est une précieuse ressource pour la Société de Saint-Vincent de Paul», explique Mme Denise Ouellette, directrice générale de l’organisme. 

Partager cet article

retour aux articles